Vaccination: point de vue des citoyens à travers le monde

En France, contre le sens de l’histoire européenne, l’article 34 du projet de loi de financement de la sécurité sociale de 2018 prévoit la mise en place de l’obligation de vaccination des personnes, des enfants principalement par 11 vaccins au lieu de 3 précédemment. Un grand nombre de scientifiques sont contre cette loi qui contredit les libertés fondamentales et tous les préceptes défendus par les médecins dans le cadre du consentement (éclairé !) des patients. Pourquoi voter si vite cette loi en l’absence de presque 80% des députés ? Quelle urgence sanitaire prévalait en fin d’année 2018 ? Aucune. Une fois de plus la loi de finances qui encadre cette décision prévaut sur un débat démocratique essentiel, car il s’agit bien de la santé des personnes avant celle de l’équilibre des comptes de la nation.

La loi de finances se souciera-t-elle davantage de la santé des personnes ou de l’équilibre des comptes de la nation?

Pour quel résultat sanitaire attendu?

On ne le sait pas vraiment, car les études ne sont pas probantes. Les Français vont-ils croire en la sincérité des politiques ? Pas sûr. Comment vont réagir les enfants et les parents décidés à lutter contre la vaccination obligatoire ? Vont-ils faire l’objet de poursuites ? 

Les enfants vont-ils subir les foudres du ministère de l’Éducation qui n’acceptera peut-être pas leur présence à l’école ? Ce qui serait un outrage et qui plus est parfaitement illégal. Car la scolarisation des enfants est obligatoire. Nous le savons tous.

Et les parents vont-ils être menacés de prison, d’amendes ? Que de questions en suspens sur un sujet de société d’une telle ampleur. Espérons que les parents ne seront pas accusés de maltraitance ! 

La suppression des sanctions légales de certains articles anciens ne résout pas le problème des sanctions contre les parents. Cette décision l’article du Code pénal en vigueur (le 227-17) prévoit, s’il est appliqué en lieu et place des anciens articles, une peine de prison de 2 ans et 30 000 euros d’amende. Pour quels résultats prévisionnels ce projet de loi de finances a-t-il été adopté ? 

Parions d’abord que les big pharmas ne seront jamais poursuivis pour les dommages causés par les effets secondaires. Gageons ensuite que la collectivité payera pour guérir les malades atteints des maladies causées par les vaccins obligatoires.

Le Non-respect de la Constitution en France, et ailleurs à l’étranger ?

La France marche à rebours de l’Europe dont la plupart des pays ne sont pas favorables à la vaccination obligatoire. Et comment pourraient-ils l’accepter étant donné leur état de santé au moins aussi bon que celui de nos enfants et de notre population en général ? 

Mais ces pays porteurs, sans doute, des grandes valeurs de la démocratie développent un dialogue constructif entre le corps médical, les parents, et la sphère politique. Ce comportement français évoque plutôt une excellente écoute de la part du gouvernement de l’ensemble des laboratoires pharmaceutiques. 

Car n’oublions pas qu’en 2015 une pétition de plus d’un million de signatures a été portée au gouvernement pour rester aux 3 vaccins obligatoires : la diphtérie, le tétanos, la polio (le DTP). Tous les autres vaccins étant refusés par ces millions de personnes.

Vaccins en pénurie permanente d’ailleurs organisée par les laboratoires qui vendaient alors des vaccins tétra, penta, hexa-valents beaucoup plus onéreux. Résultat ? En 2017 le nouveau gouvernement impose les 11 vaccins sauf contre-indications reconnues pas les médecins traitants.

Vaccination à tout prix !

La rougeole se délecte des attractions commercialisées à Disneyworld en janvier 2015. 600 cas sont dénombrés dont plus de 500 cas sur des personnes vaccinées. 

Les non-vaccinés seraient-ils responsables ? Oui, répond le gouvernement de l’état californien qui supprime les possibilités légales de refuser le vaccin. Le gouvernement central est freiné par l’actuel président des USA qui connait bien le sujet pour l’avoir vécu dans sa famille proche.

Aux États-Unis, en Australie, dans certains pays de l’Est, les lois imposant les obligations vaccinales imposent des sanctions très contraignantes, dont des peines de prison fermes. 

Tout est bon pour médiatiser des épidémies fantômes. La preuve la plus récente étant apportée par ces fameux 34 Roumains morts de la rougeole. Comment comprendre que seulement 8 de ces cas étaient vraiment porteurs de la maladie ? Les autres sont décédés de tout sauf de cette maladie. Mais le plan GHSA a bien été activé ! La « grande tueuse » comme la désigne l’institut pasteur dans sa communication est bien le meilleur vecteur de vente du vaccin contre la Rougeole, les Oreillons et la Rubéole. 

Dans les pays où l’industrie pharmaceutique est puissante, comme en France et en Italie, les obligations pharmaceutiques sont très contraignantes. Et lorsque les politiques en place sont liés à ces fameux laboratoires, il ne faut pas être étonné que les lois contraignantes soient toujours votées avec aisance.

L’Italie impose 12 vaccins obligatoires et comme par hasard Smithkline Beecham (le chef de cabinet au ministère de la Santé fait partie de son conseil d’administration !) investit de fortes sommes dans de nouvelles lignes de production de ces vaccins. 

Qui empochera les bénéfices ? Pas les futurs porteurs de maladies telles que le cancer de l’utérus par exemple !

Comment résistent les familles italiennes?

Manifestations monstres, mères de famille vent debout contre la vaccination obligatoire, questionnement précis sur les contre-indications vaccinales, etc. 

Comme les laboratoires ne sont pas capables de garantir l’innocuité des vaccins, les centres médicaux mettent la pression sur les mamans convoquées à un entretien personnalisé. Mais elles ont trouvé une parade : elles enregistrent la conversation en présence d’un témoin. 

Les dossiers prennent des mois sinon des années, engorgeant les cabinets médicaux. Les parents se forment aux finesses de la communication des laboratoires, portent leur parole devant toutes les institutions locales et régionales sans oublier les institutions scolaires. 

Les Italiens les plus opposés à l’obligation de vaccination de leurs enfants demandent (par provocation ?) l’asile politique à leurs voisins. Les régions demandent l’organisation d’un référendum sur le sujet.

Si le match semble tourner en faveur de l’industrie pharmaceutique, nous n’en sommes qu’à la mi-temps. Nous disposons d’un banc de choix avec les remplaçants, qui ne sont rien moins que les peuples qui assistent en silence au combat et fourbissent leurs armes légales : 

  • expertises
  • saisine de la cour internationale des droits de l’homme
  • mobilisation des victimes du cancer et des effets de la vaccination. 

On verra bien au coup de sifflet final qui l’emportera.

A propos d’AMETIST

Depuis 1990, AMETIST réunit des parents, des acteurs privés, de médecins pour créer une dynamique avec ceux qui souhaitent soutenir les actions du Docteur Nicole Delépine.

Cette dernière propose des traitements personnalisés des cancers infantiles. Elle soutient les malades et leur famille défendant le libre choix thérapeutique.

L’un de ses objectifs est d’informer sur l’organisation et le développement de l’oncologie. L’association AMETIST a besoin de vos dons pour pérenniser ses actions.

Bien cordialement,
La Présidente de l’Association