Gardasil©: non à la corruption des big pharmas!

Le Gardasil© est un vaccin commercialisé depuis 2006 par la firme Merck & Co en Amérique et par la firme Sanofi Pasteur MSD en territoire Européen. Il serait recommandé chez les adolescentes en prévention du cancer du col de l’utérus. Mais il y a autour de ce consommable pharmaceutique, beaucoup de controverses et de conflits d’intérêt.

Crédit photo: Sanofi Pasteur – Stop à la corruption des big pharmas!

Gardasil : qu’est-ce que c’est?

Approuvé par la Commission Européenne le 22 Septembre 2006, le vaccin Gardasil est disponible en France depuis Novembre de la même année. Le cancer du col de l’utérus tue en France chaque année, plus de 1100 personnes. Le Gardasil a été recommandé pour la prévention de cette pathologie génitale et des verrues génitales causées par les papillomavirus 6, 11, 16 et 18.

Le principe actif du Gardasil est adsorbé sur 225 microgrammes de sel d’aluminium et permet de déclencher une réponse immunitaire chez l’hôte. Quelques-uns de ses excipients sont le Chlorure de sodium et le L-histidine (acide aminé à partir duquel on élabore l’histamine).

En France, le Haut Conseil de la santé publique recommande la vaccination chez les jeunes filles de 11 à 14 ans pour prévenir contre la survenue de ces pathologies. Cette tranche d’âge est choisie parce que la contamination par le virus du HPV se fait dès les premières années d’activité sexuelle. 

Efficacité et effets indésirables du Gardasil

Il se pourrait selon certaines études, que le Gardasil soit efficace contre les HPV 6, 11, 16, 18. Par contre comme pour la plupart des produits du même groupe, Le Gardasil est inefficace quand le virus est déjà présent chez la femme. Pire, il serait la cause de la survenue de lésions précancéreuses et donc comporte le risque de développer un cancer du col de l’utérus. Le Gardasil produirait donc ainsi l’effet contraire à celui auquel il est destiné.

A cette caractéristique d’inefficacité du vaccin, s’ajoutent des effets indésirables non moins importants. En effet, le Gardasil semble causer chez l’hôte, des céphalées, des fièvres, des urticaires, des syncopes vasovagales mais surtout des manifestations auto-immunes comme la thyroïdite, les démyélinisations aiguës centrales, le lupus érythémateux systémique, des arthrites, le diabète insulino-dépendant, la thrombopénie (diminution anormale du nombre de plaquettes sanguines), de sclérose en plaque, l’hypersomnie idiopathique et bien d’autres non moins graves.

Plusieurs plaintes concernant ces maladies induites par le Gardasil ont été déposées en France et dans le monde contre les big pharmas qui la commercialisent.

Et la polémique s’enfle

Aux Etats-Unis, déjà à partir de Février 2007, la polémique du Gardasil naît. Les effets indésirables furent soulevés dans tous les milieux y compris politique. En 2009, deux jeunes filles en Espagne ont été admises à l’hôpital après avoir présenté des convulsions suite à l’injection du Gardasil.

Après 1968 cas d’effets secondaires recensés depuis le début de la vaccination, le gouvernement Japonais en 2013 ne recommande plus le Gardasil. En Inde, dans le cadre d’un essai clinique de vaccination au Gardasil débuté en 2009, il a été recensé plus de 120 cas d’effets indésirables et de 7 décès de jeunes filles suite à la vaccination. Cela a conduit en Juin 2010, le Conseil Indien de la Recherche Médicale à arrêter la vaccination au Gardasil en Inde.

Au total, sur les plus de 127 millions de doses vendues dans le monde, plus de 26 675 effets indésirables ont été recensés avec plusieurs cas de décès.

Le Gardasil semble induire plus de maladies qu’elle ne devrait en guérir : son injection engendrant un tsunami immunitaire chez son hôte et bousculant ainsi sa dynamique immunitaire. L’hôte développe alors d’autres pathologies…

Par exemple, l’histamine auquel conduit l’histidine (excipient du Gardasil) semble contribuer au dysfonctionnement des activités mitochondriales et ribosomales. L’aluminium présent dans le vaccin peut induire à la longue des maladies chroniques comme l’asthme, des allergies oculaires ou cutanées et les bouffées de chaleur. Tout ceci jette et nourrit le doute sur l’innocuité du vaccin.

On se demande alors si les tests ont vraiment été faits sur le produit avant sa mise sur le marché ou si cette mise sur le marché constitue une expérimentation à grande échelle. Il s’agira dans ce dernier cas d’un crime contre l’humanité.

Pourquoi sa commercialisation a été autorisée ? Pourquoi est-ce que malgré tous ces effets, le Gardasil continue-t-il d’être utilisé ? 

Le puissant lobby pharmaceutique

Depuis toujours, le cancer est devenu pour des grandes firmes pharmaceutiques une manne. Les lobbies pharmaceutiques se servent de la recherche dans ce domaine pour augmenter leurs recettes. Ils usent de toutes les stratégies d’influence dont la subornation pour amener les gouvernants et les décideurs politiques à agirent dans le sens de leurs intérêts.

Par exemple, le Gouverneur du Texas en 2007, puisqu’ayant été financièrement soutenu par la firme Merck pour son élection, a outrepassé ses prérogatives pour rendre obligatoire le Gardasil.

Autres cas similaire, en 2008, l’Université de Queensland en Australie a rappelé à l’ordre le Dr Andrew Gunn, enseignant en médecine générale dans la dite université pour avoir exprimé des doutes sur l’efficacité du Gardasil. En réalité, cette université est copropriétaire du brevet du vaccin et en tirait également profit.

Plusieurs autres spécialistes de la santé comme le Pr Carlos Alvarez-Dardet dénoncent régulièrement les effets indésirables du Gardasil et le danger sanitaire qu’il constitue. Malheureusement, un autre bloc de spécialistes de la santé avancent des thèses sans pouvoir les justifier, que le Gardasil est la clé qui pourra d’ici quelques années faire du cancer du col de l’utérus une anecdote.

Le cancer est devenu pour des grandes firmes pharmaceutiques une manne.

En effet, les firmes pharmaceutiques travaillent afin d’étendre leur réseau et par là multiplient les cas de conflit d’intérêt à tous les niveaux de la sphère de prise de décision dans le monde. Le Gardasil, bien avant que des spécialistes de la santé à travers le monde ne donnent leurs avis là-dessus était déjà défendu par des politiciens qui n’ont aucune expertise de la chose sanitaire. Attitude pour le moins, très suspecte.

L’emprise de ces firmes est telle que les organismes de notoriété neutre sont soupçonnés d’être acquis à leur cause. Le cas probant est qu’en 2008, la Fondation Nobel a été soupçonnée de corruption et de conflit d’intérêt lors de l’attribution du prix Nobel à Harald zur Hausen pour ses recherches sur les papillomavirus. Elles tiennent également un contrôle pesant à coup de millions de dollars sur les média qui diffusent à volonté des publicités mensongères à propos des bienfaits qu’apporte le Gardasil.

Plusieurs politiciens, spécialistes de la santé, des associations de patients, organisations publiques répètent tels des perroquets, ces arguments publicitaires uniformisés. Cette stratégie markéting de la firme augmente les vaccinations dans le mond

e.

Source: https://pdfs.semanticscholar.org/9c31/3d248302abb0e157db66654f761d7d9c495d.pdf?_ga=2.41039073.2113338512.1545902788-667082578.1545902788

A propos d’AMETIST

Depuis 1990, AMETIST réunit des parents, des acteurs privés, de médecins pour créer une dynamique avec ceux qui souhaitent soutenir les actions du Docteur Nicole Delépine.

Cette dernière propose des traitements personnalisés des cancers infantiles. Elle soutient les malades et leur famille défendant le libre choix thérapeutique.

L’un de ses objectifs est d’informer sur l’organisation et le développement de l’oncologie. L’association AMETIST a besoin de vos dons pour pérenniser ses actions.

Bien cordialement,
La Présidente de l’Association